wilfried
27.09.09

AGL, quid!

Inaugurée le 15 août 2006, la Vice Province d’Afrique des Grands Lacs (AGL) accomplit sa mission dans trois pays : le Burundi, le Rwanda et Ouganda.
Au cours des quinze dernières années, chacun des trois pays qui forment la Vice Province a connu des moments de guerre : le Rwanda, avec la guerre civile qui a débouché sur une des plus grandes tragédies humaines de l’histoire récente ; le Burundi qui, actuellement, ne sort que très péniblement d’une guerre civile qui aura duré 12 ans ; Ouganda aussi, dans sa partie septentrionale surtout, a été le théâtre d’une guerre civile particulièrement meurtrière. Un cessez-le-feu entre les belligérants vient d’être signé il y a seulement quelques mois. Globalement donc, on peut noter dans les trois pays une volonté de s’orienter vers la recherche d’une paix durable, d’une situation socio-politique toujours plus stable.

Il n’est pas difficile de s’imaginer les très graves et considérables conséquences de toutes ces multiples guerres : les populations subissent une paupérisation accrue ; les orphelins se comptent par centaines de milliers ; la pandémie du Sida se propage à très grande vitesse ; des milliers de jeunes et d’enfants déferlent sur les rues des agglomérations et des métropoles, à la recherche de moyens de survie ; bon nombre de personnes portent des blessures, non seulement dans le corps, mais souvent aussi dans le cœur et dans l’esprit.
Les pays de l’AGL comptent parmi les plus densément peuplés de l’Afrique et la jeunesse y représente plus de 70 %. Tous ne bénéficient pas encore de l’enseignement primaire, peu accèdent à l’école secondaire et une infime minorité atteint le niveau universitaire. C’est donc avec raison que nos œuvres salésiennes sont essentiellement des écoles de niveau secondaire et des centres de formation professionnelle.
Nous croyons et espérons que, en dépit de multiples défis, la mission salésienne ne fera que s’intensifier dans cette région dite « des Grands Lacs ». Ces dernières années, nous enregistrons une augmentation progressive du nombre de vocations. Sous le signe d’une fidélité toujours renouvelée au charisme de notre Fondateur, nous pouvons envisager l’avenir avec optimisme. ( plus d'informations sur AGL, visitez www.donboscoagl.org )

Prochainement nous vous parlerons de la situation actuelle des jeunes. A ces jeunes, le recteur majeur avait déclaré en 2004, répétant les mots de Don Bosco, "Vous m'avez volé le cœur!"
J'attends vos réactions.

2 commentaires

# Julian on 27.09.09 at 12:42

Les félicitations à AGL pour leur blog

# HATEGEKIMANA Vincent (ADB)   on 30.08.10 at 19:45

mon cher il ne faut pas oublier qu’il y a aussi la malnutrition dans ces trois pays.

La prévalence de la malnutrition dans les
populations rurales et urbaines varie
considérablement d’une tranche d’âge à l’autre. Les enfants vivant dans une zone urbaine
montrent une augmentation dramatique du taux d’émaciation après leur première année quand
le pourcentage d’enfants émaciés augmente de 2.5% pour les enfants de la tranche 6-11 mois à
12.9% pour enfants de la tranche 18-23 mois. Contrairement aux enfants des régions rurales -
pour lesquels le taux d’émaciation est très bas dans leur 4ème et 5ème années (moins de 2%) -
environ 5% des enfants de quatre ans et 3% des enfants de cinq ans vivant dans les zones
urbaines sont émaciés.