wilfried
29.10.09

Que ferait Don Rua, successeur de Don Bosco, pour les jeunes qui ont connu la guerre?

Que ferait Don Rua, successeur de Don Bosco, pour les jeunes qui ont connu la guerre?

Nous sommes en train de nous préparer à fêter le centenaire de celui qui fut le premier successeur de Don Bosco. Partout au monde dans le milieu salésien, le nom de Don Rua revient avec une fréquence régulière. Je viens de participer à une messe présidée par le Recteur Majeur don Pascal Chavez à l'occasion de Dies natalis de Don Rua. De ce même don Rua, on dit: « De la source, il fait un fleuve » pour souligner son apport dans l'expansion de la congrégation salésienne. Il va sans dire qu'il avait au cœur le souci de jeunes, ce même souci qui a poussé Don Bosco faire un premier oratoire. Le Recteur majeur l'a même appelé un co-fondateur de la société salésienne; il a su mettre le charisme de Don bosco dans sa vie; il a été un vrai salésien. On comprend alors pourquoi dans son homélie le recteur majeur nous a exhortés de demander la grâce de devenir de véritables Salésiens de Don Bosco par l'intercession de don Rua.
Une question m'est venue: que ferrait-il de nos jours? Lui qui avait tant à cœur l'éducation de jeunes si bien qu'il multipliât des œuvres; que ferait-il en considérant le nombre élevé de jeunes en besoin? En parlant des jeunes en besoin, je fais allusion à une situation particulière que je connais bien. J'ai en tête le nombre élevé de jeunes de Bukavu qui ont connu et continuent à connaître la guerre, la faim, la délinquance de tout genre,...

Bukavu est une ville de la République démocratique du Congo située sur la rive sud ouest du Lac Kivu. Elle est la capitale de la province du Sud-Kivu. La ville compte environ 300 000 habitants, et quelques 250 000 autres dans la banlieue et les villages alentours. De nombreux crimes de guerre, viols, massacres y sont perpétrés depuis le début de la guerre en 1996. Après une accalmie, la guerre a repris dans l'est du Congo. Déjà avant, la situation économique était catastrophique : les familles vivent avec moins d'un euro par jour. Cette situation catastrophique était aggravée par la présence des forces négatives (les anciens forces rwandaises 'FDLR', les mai-mai, les CNDP de Laurent Nkunda, …)
Suite à la pauvreté criante, beaucoup d'enfants ne peuvent pas fréquenter l'école. Ceux-ci sont à la merci de ces forces négatives. C'est ainsi qu'on trouve beaucoup d'enfants-soldats. Avec cette reprise des combats dans les zones avoisinantes, le nombre déjà élevé des enfants de la rue s'est accru. En effet, les enfants fuient les zones de combat, et par peur d'être enrôlés par force dans l'armée, ils se réfugient tous à Bukavu.
Un nombre assez grand d'enfants qui ont subi des violences sexuelles( et là les chiffres sont alarmants!!) des enfants âgés de 5 à 14 ans, filles et garçons, sont accueillis et soignés dans un Hôpital de la place avec l'aide de la MONUC. Après les soins, ces enfants sont abandonnés à eux-mêmes. Ils ne bénéficient d'aucun soutien. Traumatisés, ils ne peuvent pas rentrés dans leurs zones d'origine. C'est ainsi qu'ils s'ajoutent au nombre d'enfants de la rue.
La situation donc de la jeunesse est vraiment alarmante. Les jeunes étant l'espoir de demain, on se demande que sera l'avenir de ce Congo, de cette ville de Bukavu? Si seulement moins de 2 % d'enfants ont accès à l'enseignement primaire, on se pose la question de savoir qui pourra faire sortir demain le pays de la crise? Évidemment la première responsabilité revient aux citoyens même du Congo! Aux politiques, aux intellectuels et autres. Mais aussi en raison de notre fraternité en Jésus (on ne doit pas la nier!), tout homme doit se sentir interpellé.
J'ai pensé à Don Rua! Lui qui voulais que le charisme salésien atteigne tous les coins du globe, pourrait certainement à voir une pensée pour ces jeunes de Bukavu. Je lui confie encore une fois cette jeunesse de l'est de la République Démocratique du Congo: Que du ciel où il se trouve, il intercède pour la paix au Congo afin que cette jeunesse trouve une voie de sortie qui la mènerait à une véritable liberté, tranquillité et un certain sens du sacré!

1 commentaire

# HATEGEKIMANA Vincent (ADB)   on 17.09.10 at 18:07

salut
mes frere